En partenariat avec :    
Panier

Le phénomène N'happy : témoignages de femmes sénégalaises.


Publication le 05/05/2015

Aujourd'hui, le retour au naturel fait des émules ! En Afrique, les pages Facebook, les blogs et les chaînes Youtube érigent des communautés autours de « Naturalistas » et « Hair guru ». Celles-ci militent pour que la femme noire avec ces attraits naturels soit considérée comme un canon de beauté, au même titre que celui qui prévaut. Nul besoin de rappeler lequel.

Elles ont fait une transition ou ont opté pour une méthode plus radicale : le big chop ou la grande coupe). Mariane, Micheline et Nadia, des femmes de professions diverses, ont choisi de porter leurs cheveux crépus pour plusieurs raisons...

Le déclic !

«J'étais arrivée à un point où mes cheveux défrisés tombaient dès que j'utilisais un peigne » me renseigne la jeune Eva. En effet, le défrisage reste la cause principale de ce retour aux sources. Bien que les produits de dernière génération soient fait à base de plantes et d'autres compositions naturelles, depuis plus de 20 ans les industriels servent aux femmes noires de la soude en boîte. Comprenez le défrisage.

« Soins ou pas, il y a toujours un vrai risque avec le défrisage » affirme Cinthia, une naturelle de 6 mois. Ce composant toxique capable de dissoudre une canette de boisson en quelques minutes (réf : Good Hair de Chris Rock), demeure le responsable de bien des désastres capillaires et sanitaires : chute importante de cheveux, alopécie et formation de fibromes utérins selon une étude de l'Université d'Oxford parue en 2012. Cependant, la transition (période où l'on laisse pousser ses cheveux crépus dans l'optique de couper les bouts défrisés) ou le big chop, peut être l'objet d'une toute autre motivation.

Mes cheveux, mon identité

Le passage de Mariane à Dakar en 2010, peu avant le Festival des Arts Nègres, lui a suscité beaucoup d'interrogations relatives à son identité africaine. L'image que lui renvoyait ses longs cheveux défrisés et les canons de beautés étranger que tout le monde adulait, ont nourri son besoin de retrouver la vraie texture de ses cheveux. Quant à Micheline Lawson, les recherches qu'elle menait pour la campagne Nuul Kukk (contre campagne pour le retrait des affiches publicitaires de produits éclaircissants) l'ont amené à penser que « la beauté naturelle ne fait pas que lever le poing, elle révèle une nature plus profonde... un rapport à soi-même plus vrai !»

Vers la bio consommation

Coco, choco, mayo ou gombo, ces femmes ne cachent pas leurs gourmandises ! Et ce n'est pas pour remplir leurs penses qu'elles le sont, mais plutôt pour satisfaire leur appétit capillaire ! Il y a là de quoi s'attirer les foudres des activistes « Let's tackle hunger », mais porter ces cheveux crépus selon Anna, gérante de la boutique « Natural Addict World » sur jumia.sn, c'est changer de mode de vie.

Entrepreneure, Anna se méfie dorénavant des cosmétiques dans lesquels on retrouve souvent sulfate, paraben, silicone et autres composants chimiques. « J'avais peur de tous les produits industriels alors je me suis tournée vers ce que l'on trouve au Sénégal : karité, miel et aloé véra » déclarait-elle dans l'émission « Femmes d'Afrique » d'une radio de la place. Aujourd'hui, Anna confectionne elle-même des cosmétiques naturels dont elle n'hésite pas à partager les recettes et les vertus sur son blog.

Les naturelles 2.0

Internet a grandement participé à l'essor du mouvement naturel aux Etats-Unis, avant de toucher l'Europe puis l'Afrique. De nombreux forums, blogs et chaînes Youtube ont inondé le web d'images magnifiant la beauté des cheveux crépus, tressés ou « locksés ». C'est à la suite d'un visionnage nocturne de 5 à 10 vidéos de véritables stars du web, parfois entrecoupées de chats qui dansent la salsa, que Nadia Tefridj, aspirante à l'exercice de la médecine, a satisfait sa curiosité. « Au petit matin, c'était clair pour moi. J'allais couper mes cheveux ! Trois ans plus tard, je ne regrette rien, ils n'ont jamais été aussi beaux ! ». Véritable mine d'or qui aide plus de 3 000 femmes d'ici et d'ailleurs, le groupe Facebook « N'happy Galsen » dont quelques membres sont bloggeuses, travaillent à changer l'image rébarbative que la société, les médias se font du cheveu crépu. Sans nuls doutes, ces femmes assument avec conviction leurs choix capillaires. Mais qu'en est-il du regard de leur entourage, de la société ? Même si pour Fatou, animatrice de la page facebook Astuces Beauté Africaine et vlogueuse (bloggeuse vidéo), les personnes qu'elle croisait ne pensaient que ses cheveux étaient les siens, aujourd'hui c'est différent affirme-t-elle : « On me complimente ». Mais, encore nombreuses sont celles qui essuient des remarques

A propos de Jumia

Jumia est une communauté de shopping en ligne dont l'objectif principal est de faciliter la mise en relation entre acheteurs et vendeurs. La plateforme offre un environnement de vente en ligne permettant aux vendeurs de vendre davantage et aux acheteurs d'acheter mieux. Smartphones, ordinateurs, articles de mode, accessoires ou produits électroménagers, toutes les bonnes affaires aux prix les plus bas sont garanties. Rendez-vous sur Jumia pour profiter de nombreuses offres et pour toujours plus de bons plans ! Visitez Jumia Senegal pour explorer nos offres.

A propos d'AIH

Jumia a été fondé par Africa Internet Group (AIG) réputé pour l'ouverture accélérée de marché E-commerce dans des pays émergents. De francs succès sont déjà à son actif, notamment sur le continent Africain. Parmi les plus connus: Jumia, Zando, Jumia, Hellofood, Lamudi, Carmudi, Jovago, Lendico et Easy Taxi. Vous trouverez de plus amples informations sur le site d'African Internet Holding.


Retour au menu Presse