En partenariat avec :    
Panier

La dette odieuse de l'Afrique

Prix :
11 950 FCFA
Produits restants

epuise

Emplacement du produit :Dakar - Dakar
Calculez vos frais de livraison

Informations sur le vendeur

Amalion se veut une plateforme d’expression à partir de laquelle les auteurs pourront présenter des perspectives alternatives sur les grandes questions qui façonnent notre monde. Nous invitons nos auteurs à aller au-delà des réalités pour explorer des nouveaux domaines du savoir.
Moyens de paiement
Conditions de retour
Retours acceptés dans un délai de 3 jours, seulement pour les produits endommagés ou erronés. Modalites de retour : échange du produit. Les frais de livraison sont à la charges de l'Acheteur sauf si le produit n'est pas conforme à la description.

Details du produit

Dans La dette odieuse de l’Afrique, Boyce et Ndikumana révèlent le fait choquant que, contrairement à la perception populaire comme quoi l’Afrique ponctionne les ressources financières de l’Occident, le continent est en fait un créancier net du reste du monde. Le volume de la fuite des capitaux de l’Afrique est remarquable : plus de 700 milliards de dollars au cours des quatre dernières décennies. Toutefois, les actifs de l’Afrique détenus à l’étranger sont privés et cachés tandis que ses dettes extérieures sont publiques, dues par les peuples africains à travers leurs gouvernements.
Léonce Ndikumana et James K. Boyce démasquent les liens intimes entre les prêts étrangers et la fuite des capitaux. Plus de la moitié de l’argent emprunté par les gouvernements africains dans les dernières décennies a « fuit » dans la même année, une partie importante étant déposée dans des comptes privés dans les mêmes banques qui ont fourni les prêts. Entre-temps, le service de la dette continue à drainer les ressources rares de l’Afrique, réduisant ainsi les fonds disponibles pour la santé publique et d’autres besoins de base. De façon provocatrice, les auteurs proposent que les gouvernements africains devraient répudier ces « dettes odieuses » dont leur peuple n’a tiré aucun avantage et que la communauté internationale devrait aider dans cet effort.

Un livre indispensable pour quiconque s’intéresse à l’Afrique, son avenir et ses relations avec l’Occident. James K. Boyce est professeur d’économie à l’Université du Massachusetts, Amherst, où il dirige le programme sur le développement, la paix et l’environnement au Political Economy Research Institute. Ses écrits comprennent notamment : « La Paix et les fonds publics : politiques économiques pour le renforcement de l’État d’après-guerre » (coédité avec Madalene O’Donnell) ; « Investir dans la paix : l’aide et la conditionnalité après les guerres civiles » ; et « Une violence tranquille : vue d’un village du Bangladesh » (coécrit avec Betsy Hartmann). Il est diplômé de l’Université de Yale et a obtenu son doctorat à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni.

Author Details

Léonce Ndikumana est professeur d’économie à l’Université du Massachusetts, Amherst, où il est Directeur du programme sur la politique de développement en Afrique. Il a assumé les postes de Directeur des politiques opérationnelles, de Directeur de recherche à la Banque africaine de développement et de Chef de l’analyse macroéconomique à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA). Il a contribué à divers domaines de la recherche, notamment les questions de la dette extérieure et la fuite des capitaux ; les marchés financiers et la croissance ; les politiques macroéconomiques pour la croissance et l’emploi ; et l’économie des conflits et des guerres civiles en Afrique. Il est diplômé de l’Université du Burundi et a obtenu son doctorat à Washington University à St Louis, Missouri, États-Unis.

ISBN 978-2-35926-022-9


Léonce Ndikumana et James K. Boyce
Other
neuf
9782359260229
French
Amalion
1.00 kg
Soyez le premier à poser une question publique !
Id de l'annonce - OT028BMABOI8SNBID
Signaler ce produit